Evasion culturelle dans le Moyen-Age

C’est au cœur du Quartier Latin de Paris, près des grandes Universités, qu’on trouve le musée de Cluny qui nous plonge dans l’univers du Moyen-Age. De « La Dame à la licorne » aux vitraux de la Sainte-Chapelle en passant par des pièces d’orfèvrerie finement travaillées, le musée propose un aperçu des techniques, prouesses et créations des artistes de cette époque. Unique en son genre dans la capitale, cet ancien hôtel privé des abbés clunisiens présente aujourd’hui aux visiteurs de nouvelles facettes du Moyen-Age. On y découvre des œuvres fines, délicates et pleines de sens qui tranchent avec l’image négative qu’on voit parfois attribuée à cette période.

images-10

Dans ce but, le musée propose en ce moment son exposition intitulée « Le verre, un Moyen-Age inventif ». Ce parcours thématique illustrant les manières d’utiliser le verre permet de découvrir des créations de verres plats et verres creux ainsi que leurs usages : se succèdent donc de délicats verres à pied, des vitraux, des lampes ecclésiastiques, des reliquaires richement incrustés d’émaux…

ClunyC’est surtout l’effort de contextualisation des objets qui fait la force de l’exposition. En effet, la plupart des œuvres sont accompagnées d’une image ou d’une citation mettant en scène chaque objet. Ce double niveau de lecture permet de rendre les œuvres vivantes et de les replacer dans leur véritable contexte d’utilisation. Cette scénographie redonne toute sa valeur au Moyen-Age, période souffrant encore trop souvent d’une image négative.

le-verre-un-moyen-âge-inventif

La finesse à couper le souffle des verres, la variété des décors ou la virtuosité des techniques sont autant de preuves du caractère exceptionnel des artistes médiévaux.

#Exposition : « Le verre, un Moyen-Age inventif » au musée Cluny jusqu’au 08 janvier 2018.

N’hésitez-pas à emmener vos enfants pendant les vacances d’hiver !

Elisa Bruel – Etudiante Ecole du Louvre

Victor Hugo, entrez dans l’intimité du grand homme !

Parcours découverte : Visite guidée suivie d’un café-échange entre 13 participants. 

Voici que par un froid tenace, un groupe de courageux curieux s’est rassemblé sur la place des Vosges. Préambule à toute évocation de la vie de l’auteur le plus populaire, cette ancienne place royale rappelle de grands événements de l’histoire de France et la vitalité de tout un quartier : le marais. Du XVIIe siècle à nos jours, il a su se réinventer et accueillir des générations de brillants artistes dont Victor Hugo qui y a passé pas moins de 16 années de sa vie, sans doute parmi les plus heureuses !
Passées les arcades, on se retrouve bien au chaud dans sa maison.  La découverte de cette vie bien remplie a été permise par la visite des salles qui recréent l’appartement de la famille Hugo. Des débuts de carrière, où l’insolence le dispute au génie, à l’exil et au deuil, il n’y a guère qu’à passer une porte. Mais quelle chance ! QuelquMaison Victor Hugoes pas de plus conduisent les 13 participants à la sortie dans les souvenirs du vénérable grand père, adoré de ses petits enfants et de toute une nation qui le célèbre comme un héros digne d’Homère.

Maison Victor Hugo
À chaque nouvelle étape du parcours, ce sont des souvenirs de famille qui resurgissent, photographies, portraits peints, manuscrits, menus objets offerts ou même fabriqués par le poète pour ses enfants ou sa maitresse, Juliette Drouet… Cette même maitresse dont on découvre le salon chinois, rapporté de Guernesey pour habiller les murs de l’appartement parisien tant ils rappellent ceux de Hauteville House, la demeure britannique du poète. Et que serait Hugo sans ses fantaisies ? Le mobilier chiné ici et là, démonté et remonté pour le plus grand plaisir du bricoleur, les petites figurines de céramique et les jeux de mots ou encore les énigmes cachés dans le décor.

L’émotion qui nous gagne à la vue de la chambre où cette force de la nature a vécut ses dernières heures sonne la fin de la visite et nous voilà partis pour le début d’échanges de sensations entre les participants.

restaurant Paris
restaurant Paris

Du grand homme nous relevons surtout sa prestance, sa longue carrière et ses succès précoces, sa vie amoureuse mouvementée, sa curiosité et l’énergie employée dans toutes les branches de la création, son engagement politique, l’amour porté à sa famille, ses chagrins enfin et son statut d’icône de la culture française, un monument !
Buste Victor Hugo
Une belle évasion culturelle et littéraire à l’image de l’homme de lettres, curieuse, polyphonique et pleine d’énergie !

Guenièvre Kervelle Delachaussée, guide-conférencière

(Sortie culturelle du samedi 13 décembre 2017 après-midi)

Sortie au théâtre pour de l’insolite et en rugir !

LES DEUX FRERES ET LES LIONS

De Hédi TILLETTE DE CLERMONT-TONNERRE

Acclamé au festival d’Avignon de 2015, « Les deux frères et les lions » est en tournée dans toute la France et au théâtre de poche de Montparnasse jusqu’au 31 décembre 2017. Allez-y vite !

LES-DEUX-FRERES-PROLONGATION-768x1155

 

C’est l’histoire vraie de deux jumeaux issus d’une banlieue londonienne pauvre qui, à force de travail et d’investissements, mais surtout grâce à une parfaite entente, bâtissent l’empire dont ils ont toujours rêvé. Assis sur leurs fauteuils, une tasse de thé à la main, ils nous font part du récit de leur vie, de leur première paye à la construction de leur château à la mode des demeures britanniques du XVIe siècle sur Brecqhou, paradis fiscal des îles anglo-normandes.

C’est l’histoire vraie de deux jumeaux qui, par un concours de circonstances et motivés par des intérêts personnels, dénoncent et réforment le dernier régime féodal d’Europe et ses lois sexistes et archaïques.

C’est l’histoire vraie de deux jumeaux d’une famille d’origine écossaise, pauvre et nombreuse, et qui, persuadés qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes, décident de prendre leur revanche sur une société qui ne leur a pas donné une chance. Ils s’entêtent, presque de manière adolescente, à abattre chaque personne qui, un jour, les a dominés ou méprisés.

A travers le prisme de la vie de ces hommes, Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et Lisa Pajon nous emportent dans l’univers sans pitié du capitalisme, dénoncent des lois coutumières encore en vigueur en 2010 sur les îles anglo-normandes (lois qui privaient les femmes d’héritage et permettaient à leurs maris de leur crever un œil entre autres) et nous plongent dans la psychologie complexe des jumeaux.

Développer autant d’aspects d’une histoire en un peu moins d’une heure est un pari risqué, la pièce aurait facilement pu ressembler à un brouillon, à une énumération d’idées inabouties. C’était sans compter sur la main de maître d’Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et son talentueux duo avec Lisa Pajon. En effet, grâce à une sublime maîtrise de la narrativité et un savant équilibre entre silences pleins de sens et scènes d’euphorie, on se trouve face à un tableau dans lequel chaque élément a une fonction précise, et on sort du théâtre avec un sourire mélancolique aux lèvres.

Elisa BRUEL, étudiante Ecole du Louvre