Archives pour l'étiquette Grand Palais

Exposition Kupka au Grand Palais

Qui est Kupka ?

Peintre tchèque (1871-1957), professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Prague (1922-1924), il est un des pères de l’abstraction avec notamment, Kandinsky, Malevitch, Delaunay.

Jusqu’au 30 juillet, le Grand Palais présente une rétrospective incontournable de l’artiste, une occasion unique de saisir son oeuvre et de se laisser prendre par sa vérité. #exposition « Kupka, Pionnier de l’abstraction ».

DSC_0998

L’exposition, très complète, retrace tout le parcours artistique du peintre, innovant et coloré, évoluant dans un univers constamment changeant. Elle montre l’impressionnante évolution de son oeuvre à travers ses petits formats et illustrations de revues jusqu’aux immenses compositions abstraites qui l’ont rendu célèbre.

On comprend le cheminement philosophique qu’eut l’artiste quant à l’idée d’absolu que devait incarner sa peinture. Après des débuts aux tons symbolistes, il commence à se démarquer par ses travaux sur la décomposition de la lumière, mais tout en restant dans le domaine figuratif. Dès le début, on voit son goût pour les couleurs franches, presque irréelles, et les contrastes marqués. Progressivement, son oeuvre plonge vers l’abstraction.

30713241_1966352923377722_5217308636597977088_n DSC_0987

 

Finalement, l’artiste se retrouve convaincu que l’art qui cherche à rendre compte de la réalité n’est qu’une hypocrisie, et décide que le sien ne représentera plus que des concepts nouveaux, des images irréelles qui ne chercheront en rien à montrer ce que l’oeil voit. Son lien très particulier à la musique l’inspirera d’autant plus pour ses compositions tournoyantes et ondulantes …

DSC_1017

DSC_1029

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La scénographie est simple – de grands espaces aux murs blancs – mais laisse justement la place aux oeuvres de se déployer pleinement dans l’espace. On a envie de se perdre dans les couleurs et les textures dans lesquelles nous plonge Kupka, et on a du mal à quitter des yeux ces « paysages » envoûtants.

DSC_1022

Article écrit par :

Juliette Rose Guyon, étudiante à l’Ecole du Louvre.

Lundi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10h à 20h.
Mercredi de 10h à 22h.

Plus de détail et pour réserver une sortie avec visite guidée privée par notre conférencière : https://talivera.fr/exposition-paris/336-kupka-pionnier-de-l-abstraction.html

Pour une sortie privée ou une sortie en groupe autour de l’exposition, nous contacter.

Tintin, Haddock, Tournesol et Cie… C’est Hergé au Grand Palais !

On a marché sur la Lune ! © Moulinsart 2016
On a marché sur la Lune !
© Moulinsart 2016

Retour sur la sortie Talivera du samedi 22 octobre au Grand Palais. C’est le début des vacances scolaires, et il y a beaucoup de monde pour cette exposition qui ne présente plus Georges Rémi, le père de Tintin. On fait la queue et on discute avec les personnes du CE et leurs enfants… Heureusement, le temps est de la partie et on se demande pourquoi une exposition sur Hergé ? Et qu’allons-nous voir ?

Ce qu’on ne sait pas c’est que Hergé n’est pas uniquement un dessinateur de BD mais un vrai artiste, qui s’est essayé à l’art abstrait et à la publicité aux motifs très art déco !

Années 30 ces affiches non? © G. Héras
Années 30 ces affiches non?
© G. Héras

On débute le parcours avec la présentation de ses quelques toiles abstraites réalisées dans les années 60 qui révèlent un petit côté Miro, que Hergé admirait. Et puis on est confronté au collectionneur, admirateur de Warhol et Roy Lichtenstein. On découvre des sérigraphies et des séries de toiles des deux artistes américains. On ne doute pas que leur technique ait eu une certaine influence sur Hergé !

Ensuite, on est capté par toutes les planches originales qui sont exposées : certaines éclatent de couleurs, d’autres crèvent l’écran par leur originalité et leur détails que Hergé a voulu rendre les plus précis possibles… Celles du « Lotus Bleu » sont vraiment d’une extrême beauté !

img_2685
Typhon s’énerve ! Planche de l’abus « Vol 714 pour Sydney »

Les petits et grands curieux que nous sommes ont été aussi agréablement surpris : des murs entiers recouverts d’illustrations des différents albums et surtout des maquettes : le télescope de l’Observatoire de « l’Etoile Mystérieuse » et celle du château de Moulinsart où se dessinent les ombres du capitaine Haddock, de Tintin, de Milou, et de la Castafiore….  Le tout, revisité par une vraie photographie du château de Cheverny, le vrai « Moulinsart ».

img_2684
Où est le vrai Moulinsart ? © G. Héras
img_2682
Fasciné par les Dupont et Dupond ! © G. Héras

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière salle met tout le monde d’accord : conçue comme une salle « à selfie », les murs sont recouverts de tout les personnages des albums, qui brandissent des slogans plutôt amusants et « engagés », comme la camériste de la Castafiore, Irma qui tient une banderole « Oui pour la libération de la femme ». On prend plaisir à se prendre en photo aux côtés des Dupond et Dupont, de Milou, de Tintin, du professeur Tournesol ou de Rastapopoulos.

Vive le Yéti ! © G. Héras
Vive le Yéti !
© G. Héras

Une rétrospective réussie et suivie d’un goûter gourmand au MiniPalais. Chocolat chaud, café et mignardises ont accompagné notre petit quizz Hergé pour les enfants qui nous ont bluffé : pratiquement un sans faute ! Et débat animé autour du dessinateur en tant que peintre  : certains n’ont pas aimé son interprétation de l’art abstrait, d’autres ont été surpris par son âme de collectionneur. Une question récurrente : pourquoi finalement une grande rétrospective Hergé ? Quelle est la place d’un dessinateur aujourd’hui ? Les réponses ont été discutées…

Le grand mérite de cette exposition est d’avoir redonné à la bande dessinée une place égale aux arts majeurs (que sont la peinture, sculpture…). La bande-dessinée n’est plus aujourd’hui le 9ème art… Et vous qu’en pensez-vous ?

 

Hergé, c’est ici aussi !